Comités locaux

Les gouttes d'eau qui forment le Contrat de rivière

Dernier jardin à Moha ...

Post 31 octobre 2017 By In Actualités

Démonstration de déherbage thermique au cimetière de Moha (Wanze)

Mercredi 25 octobre, les Services Environnement et Travaux de la commune de Wanze étaient au cimetière de Moha pour une démonstration des techniques alternatives d'entretien.


IMG 20171025 132630

Samuel, coordinateur de Comité Local Mehaigne les accompagnait ...

IMG 20171025 132649  IMG 20171025 133613  IMG 20171025 133628

IMG 20171025 133713  IMG 20171025 140818

 

 Lavenir logo 145x45

 - 

Depuis trois ans, l’entretien des cimetières à Wanze se fait sans produits phyto. Un surcroît de travail est nécessaire.

Mercredi après-midi, l’équipe des fossoyeurs de Wanze était au travail dans le cimetière de Moha. Là comme ailleurs, on s’affaire à nettoyer le cimetière en prévision de la Toussaint où la fréquentation des lieux sera plus importante. Pour le public, c’était aussi l’occasion de venir découvrir les alternatives utilisées afin de désherber sans pesticide. «Mais à part les journalistes et les gens de la commune, il n’y a pas grand monde qui est venu s’informer», reconnaît Marc Palleschi, un des fossoyeurs occupés à désherber à l’aide d’une grosse machine. Et c’est vrai que les mauvaises habitudes s’accrochent, telle une mauvaise herbe dans les graviers: « Les gens ont la critique facile, déplore Cédric Roodhooft, un autre fossoyeur. Ils ont eu l’habitude d’avoir des cimetières bien nets alors, dès qu’ils voient une mauvaise herbe dans une allée, ils disent que c’est sale, que ce n’est pas entretenu…»

Pourtant, l’équipe de quatre hommes s’active du printemps jusqu’à la mi-novembre pour venir à bout des plantes indésirables. «Avant, avec les produits phyto, on pulvérisait une fois tous les six mois, détaille Marc Palleschi. Ici, avec les brûleurs thermiques en pleine saison, il faut passer toutes les semaines dans les huit cimetières de la commune.» Et même l’automne venu, les brûleurs sont encore utilisés moins fréquemment mais jusqu’à la mi-novembre.

L’argument santé fait pencher la balance

L’autre changement, c’est qu’avec le thermique, les fossoyeurs n’ont plus l’occasion de désherber les sépultures. «Avant, en pulvérisant on débordait aussi un peu sur les tombes pour aider les gens. Et puis même, rien qu’en pulvérisant les allées, les produits allaient se répandre jusque sur les tombes.» Dorénavant, avec les thermiques, c’est aux familles à s’occuper de leur sépulture mais il faut bien constater que ce n’est pas souvent le cas.

À côté de tous les inconvénients liés au désherbage thermique, l’argument «santé» fait largement penché la balance en faveur des nouvelles techniques. Les sols des cimetières qui ont reçu pendant des décennies des pesticides se remettent peu à peu. Mais c’est surtout pour les ouvriers communaux que le gain est énorme. «Avant quand on pulvérisait, on inhalait à longueur de journée les produits…»

Last modified on mardi 31 octobre 2017 11:25
Vous êtes ici : Accueil Publications Anciens articles Dernier jardin à Moha ...

Contrat de rivière Meuse Aval et affluents

Place Faniel, 8
4520 Wanze
 
+32 (0)85 71 26 55
info@meuseaval.be

Avec le soutien de la

Wallonie