Les pesticides dans notre environnement
Article rédigé par CRMA.
Article

Les pesticides regroupent les produits phytopharmaceutiques, appelés PPP, utilisés principalement par les professionnels des espaces verts et du monde agricole, mais également par les particuliers, et les biocides (usage domestique et industriel) regroupant, les désinfectants, les répulsifs d’insectes, l’eau de javel…

Ces produits fongicides, herbicides ou insecticides ont pour but de lutter contre la propagation d’espèces animales ou végétales indésirables (insectes, champignons…).

Quels impacts sur la santé et l’environnement ?

  • Ces produits peuvent causer de sérieux problèmes de santé par contact, propagation dans l’air, dans l’eau ou dans l’alimentation : symptômes digestifs, cutanés, respiratoires, neurologiques…
  • Ils ont également un impact négatif sur l’environnement : pollution des eaux de surface et souterraines, infertilité des sols, destruction des habitats et des espèces animales et végétales…
 25 à 75% des produits phytopharmaceutiques ne se déposent pas sur la cible lors d’un traitement (Adalia 2.0).

Comment repérer les produits dangereux ?

Pour reconnaître ces produits il est important de bien lire et comprendre les étiquettes disposées sur les emballages et notamment les pictogrammes de danger présents sur les produits :

Image1

Quelle législation pour les pesticides ?

Le Programme Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP) a été initié en 2013 par le gouvernement. L’objectif principal de ce programme est d’utiliser les pesticides de façon plus raisonnée afin d’en réduire les risques et les effets sur la santé et l’environnement, en favorisant les techniques non-chimiques.

Plus d’informations sur ce programme sur : www.pwrp.be

Depuis le 1er janvier 2020, les particuliers ne sont plus autorisés à utiliser des herbicides de synthèse pour entretenir leur propriété. La pulvérisation en extérieur de produits ménagers de type eau de Javel, sel, vinaigre est également proscrite car néfaste pour les eaux de surface et souterraines.

Article Focus Image3

Ainsi, l’utilisation de pesticides dans les espaces suivants est interdite :

> Surfaces imperméables (allées de garage, parkings, trottoirs, terrasses…) reliées à un réseau de collecte des eaux (filet d’eau, égout, rivière…).

> Zones tampons sur terrain privé :

  • Zone de minimum 1 mètre (selon la pente) attenant à un trottoir.
  • Zone de minimum 6 mètres à partir de la crête de la berge d'une eau de surface (étang, cours d'eau, mare).
  • Distance d'1 mètre à partir de la crête d'un talus relié à un filet d'eau.

De la même façon, depuis le 1er juin 2019, l’usage de produits phytopharmaceutiques est interdit sur l’ensemble des espaces publics. Les Communes wallonnes appliquent donc la politique « zéro pesticide » sur leur territoire.

Par quoi les remplacer ?

De nombreuses alternatives aux produits chimiques existent : désherbage thermique, débroussaillage, tonte, outils manuels, utilisation de paillages ou de plantes couvre-sol… Mais avant toute intervention, il est nécessaire d’évaluer les nuisances. En effet, les végétaux généralement considérés comme « mauvaises herbes » sont souvent des plantes essentielles à de nombreux insectes.

Vous pourrez trouver de nombreuses techniques alternatives sur le site de l’asbl Adalia 2.0 : www.adalia.be