Contrat de Rivière Meuse Aval & affluents
Place Faniel, 8
4520 Wanze
085/71.26.55

meuseavaltranspa 333x204

Cette interface est destinée aux partenaires du CRMA. Vous y trouverez  les PV des réunions et AG de nos divers comités locaux, ainsi que des courriers types destinés aux communes.

En cas d'oubli de votre identifiant et/ou mot de passe, veuillez contacter le CRMA au 085/71.26.55 ou par email : info[at]meuseaval.be
 

Recevez dorénavant notre bulletin de liaison en remplissant la zone de saisie ci-dessous.

Adresse courriel :


Un courriel de confirmation vous est envoyé !

Si vous préférez recevoir ce bulletin par voie postale, cliquez sur le bon ci-dessous, imprimez-le et envoyez-le dûment complété à l'adresse mentionnée.

meuseaval logo

Aucun évènement à venir!

Pour toutes questions ou remarques vous pouvez contacter le CRMA soit par téléphone (les coordonnées de nos comités locaux sont dans la rubrique Contacts) ou en remplissant le formulaire de contact ci-dessous.

sos

SOS Environnement Nature est désormais accessible au 1718 (pour les francophones) ou au 1719 (pour les germanophones). Ce numéro fonctionne 24h/24 et 7j/7 . Il est accessible pour tout citoyen, service d’urgence ou toute entreprise, témoin d’une situation ou d’une activité portant atteinte à l’environnement ou à la nature en Wallonie.

Site internet : http://environnement.wallonie.be/sos.htm

COMITÉ LOCAL GEER

Issu de la fusion du comité local du Haut-Geer, actif depuis décembre 2002 et du comité du Bas-Geer, initié par le projet Intereg IVa Aquadra entre 2009 et 2013, le comité local du Geer assure le suivi du contrat de rivière sur la partie wallonne du bassin transrégional et transfrontalier du Geer.

Le Geer prend ses sources vers 140 m d’altitude dans les villages de Blehen, Abolens et Lens-Saint-Remy. Il traverse ensuite les communes de Geer, qui lui doit son nom,  la ville de Waremme, capitale de la Hesbaye, et la commune d’Oreye. Comité local Geer 1000

Le Geer entre alors en Flandre, au niveau de la plus ancienne ville de Belgique, Tongres. Au-delà, c’est la vallée du Bas-Geer qui se dessine de plus en plus encaissée dans l’entité de Bassenge. Finalement après le passage sous le canal Albert à Kanne (Flandre), le Geer rejoint la Meuse à Maastricht après un cours tranquille de 74 km.

Le bassin du Geer, d’une superficie de 474 km², inscrit essentiellement en Hesbaye sèche, se distingue par l’agriculture intensive de céréales, de betteraves et de légumes. Par la présence de deux villes moyennes et la proximité de la ville de Liège, la pression humaine et industrielle n’est pas négligeable sur le Geer et ses affluents. De plus, les roches perméables sous-jacentes favorisent l’infiltration de l’eau, d’où un réseau hydrographique clairsemé aux faibles débits.

Ce contexte rend le Geer et ses affluents sensibles et vulnérables aux pollutions, qu’elles soient domestiques, industrielles ou agricoles. De plus, depuis l’après-guerre, des travaux de rectification et de chenalisation des rivières ont détruit l’attrait biologique des cours d’eau du bassin.Geer transparent 1000

Mais, la tendance s’inverse ; l’épuration des eaux usées domestiques progresse depuis près de 20 ans. Les industries agro-alimentaires situées le long du Geer ont investi dans des stations d’épuration efficaces et le monde agricole modifie ses pratiques afin de moins polluer les eaux de surface et souterraines.

C’est une eau de plus en plus propre et limpide qui s’écoule dans nos rivières et qui commencent à accueillir une faune et une flore aquatique de plus en plus diversifiées. La restauration de l’aspect naturel de nos rivières peut alors débuter comme cela a été fait à Waremme et Tongres, d’autres projets étant prévus ces prochaines années.

Le comité local du Geer est également actif dans la lutte contre les problèmes d’érosion des sols agricoles et des coulées boueuses lors de violents orages.

Il reste encore beaucoup de travail d’amélioration à réaliser et de sensibilisation à mener dans l’objectif que le Geer et ses affluents retrouvent la place qu’ils méritent dans le paysage hesbignon.

Mais aussi...

  1. Lors de la construction du Canal Albert, qui coupe le tracé du Geer à Kanne, un ingénieux système de siphon a été mis en place afin que le Geer puisse traverser le Canal Albert et continuer son cours vers Maastricht où il rejoint la Meuse. Suite à la construction du Canal Albert, le bassin du Geer a été amputé d'un vallon de 10 km² au niveau des villages de Lafelt, Vroenhoven et Opkanne dans l'entité de Riemst (Région Flamande). L'exutoire de de ce vallon se situait à Maastricht, mais abouti désormais dans le Canal Albert.

  2. Le sous-sol du bassin du Geer est composée d'une épaisse couche de limon et de craie reposant sur de l'argile imperméable. La craie d'âge Crétacé abrite une importante nappe phréatique qui est le deuxième réservoir d'eau souterraine de Wallonie. En plus d'alimenter la population locale en eau potable, elle produit l'eau de distribution de la grande majorité de l'agglomération liégeoise. La grande perméabilité du bassin issue de cette craie ne favorise pas l'écoulement de surface ; le bassin du Geer comporte donc la densité de cours d'eau la plus faible de Belgique.

  3. Le Geer et ses affluents cumulent pas moins de 10 passages de frontières régionales et un passage de frontière nationale. Cela en fait la rivière la plus transfrontalière de Belgique.

Carte d'identité de quelques ruisseaux