Contrat de Rivière Meuse Aval & affluents
Place Faniel, 8
4520 Wanze
085/71.26.55

meuseavaltranspa 333x204

Cette interface est destinée aux partenaires du CRMA. Vous y trouverez  les PV des réunions et AG de nos divers comités locaux, ainsi que des courriers types destinés aux communes.

En cas d'oubli de votre identifiant et/ou mot de passe, veuillez contacter le CRMA au 085/71.26.55 ou par email : info[at]meuseaval.be
 

Recevez dorénavant notre bulletin de liaison en remplissant la zone de saisie ci-dessous.

Adresse courriel :


Un courriel de confirmation vous est envoyé !

Si vous préférez recevoir ce bulletin par voie postale, cliquez sur le bon ci-dessous, imprimez-le et envoyez-le dûment complété à l'adresse mentionnée.

meuseaval logo

Aucun évènement à venir!

Pour toutes questions ou remarques vous pouvez contacter le CRMA soit par téléphone (les coordonnées de nos comités locaux sont dans la rubrique Contacts) ou en remplissant le formulaire de contact ci-dessous.

sos

SOS Environnement Nature est désormais accessible au 1718 (pour les francophones) ou au 1719 (pour les germanophones). Ce numéro fonctionne 24h/24 et 7j/7 . Il est accessible pour tout citoyen, service d’urgence ou toute entreprise, témoin d’une situation ou d’une activité portant atteinte à l’environnement ou à la nature en Wallonie.

Site internet : http://environnement.wallonie.be/sos.htm

COMITÉ LOCAL HOYOUX

Ce comité condruzien est situé au sud de la Meuse et réuni les bassins versants du Hoyoux, du Fond d’Oxhe, de la Solières et autres ruisseaux affluents de la Meuse sur Huy.

Il s’agit d’un territoire rural caractérisé par des richesses naturelles et un passé industriel florissant.

Sillonnant le Condroz, le Hoyoux prend sa source à Buzin, commune de Havelange, à près de 300 mètres d’altitude. Il traverse ensuite villages et hameaux, tiges et chavées, pour enfin se jeter dans la Meuse à Huy, à 70 mètres d’altitude. Cette forte dénivellation fait du Hoyoux l’une des rivières les plus pentues de Wallonie.
Comité local Hoyoux

LE COMITÉ LOCAL HOYOUX, CE SONT :

DES RICHESSES NATURELLES

Ce territoire recèle une grande quantité d’espèces animales et végétales. Entre passé et présent, ces cours d’eau traversent diverses formations géologiques de grand intérêt scientifique. Plusieurs sites naturels bénéficient d’un statut de protection.

Hoyoux

 

 

 

UN TERRITOIRE RURAL

Élevage, cultures et sylviculture sont les principales activités sur ce territoire.

UN PASSÉ INDUSTRIEL FLORISSANT

La force motrice de nos cours d’eau fut utilisée dès le XVIIè siècle pour alimenter sur le bassin du Hoyoux quelques 140 vannes et moulins, comme en témoignent de nombreux vestiges.

A l'heure actuelle, la force motrice du Hoyoux est toujours exploitée pour la production d’hydro-électricité, comme par exemple au niveau de l'ancien moulin de Waldor.
Le Moulin de Waldor est un moulin à eau sur le Hoyoux, dans le bas de la rue Fourneau à Marchin.
Il appartient, en 1542, à Airkin Blan Johan, échevin de Marchin. Il passa ensuite à Johan le Parmentier, puis aux Franchimont, qui y installent une papeterie en 1576.
Le moulin est entièrement reconstruit en 1649 par les Corswarem. En 1808, Nicolas Delloye y installe un laminoir. [source : le patrimoine monumental de la Belgique - Liège/Arrondissemet de Huy]

Le site de Waldor a été réhabilité par Serge Devetter qui y a récemment implanté une centrale hydro-électrique.

Mais aussi...

  1. Sur le sous-bassin du Hoyoux, on retrouve un phénomène particulier « les travertins » ainsi que plusieurs espèces rares ou menacées.  Des actions de recensement et d’amélioration de leur habitat sont prévues afin de préserver ce patrimoine exceptionnel.

  2. Autrefois, on racontait des choses étranges à propos du Trou-de-Waldor. En effet, les ouvriers des usines, en passant le soir dans ce lieu désert, avaient entendu des bruits de chaînes, des miaulements sauvages, des cris plaintifs et avaient vu une bête noire avec un œil de feu se traîner dans les buissons du côté de l’eau. Effrayés, les ouvriers ne s’attardaient jamais là-bas.
    Un jour, l’un des garde-chasse de Vierset apprit que de belles truites du Hoyoux étaient vendues en ville par deux pêcheurs hutois bien connus pour leurs maraudages dans les bois de Barse. Comprenant que les choses étranges observées au Trou-de-Waldor n’étaient rien d’autre qu’une farce pour se procurer des poissons en abondance, ils se placèrent en embuscade le soir dans le bois de Sandron.
    La scène qu’ils virent confirma leurs doutes : la bête noire, était en fait une lanterne avec un verre ovale et la chaîne que les maraudeurs secouaient parfois était là aussi.
    En apprenant ce fait, les ouvriers de Waldor furent un peu gênés et rirent pendant longtemps de cette histoire.

Carte d'identité de quelques ruisseaux